antoine franchet

la moitié du monde

CE QU’IL EN RESTE

À l'origine, le désir de redéfinir le cadre de la photo,


Un cadre qui permettrait de faire rentrer le hors-champ dans la photo elle-même,


de mettre en relation ce qui est vu et ce qui ne l’est pas,

 

ce qui est et ce qui n'est pas encore,


ce qui n'apparaît pas dialoguant avec ce qui reste visible


Un cadre en partie occulté à la prise de vue par la main devant l’objectif

PRÉSENTATION DU PROJET

_ dernier ajout le 21 décembre 2021 _